POURQUOI DES TIMBRES PERFORES?

Pourquoi des timbres perforés ?

L’idée de perforer des timbres-poste est née dans la patrie du Penny Black ; la direction des postes Britanniques a donné son autorisation le 13 mars 1868. Aujourd’hui, il existe encore plus ou moins 120 perforations sur les 50.000 mises en circulation, mais seulement une partie de ces perforations à pu être identifiée !

L’inventeur, Joseph Sloper, de Londres, a imaginé un appareil l’emporte-pièce qui perforait les timbres en dessinant, par de petits trous, des lettres, des chiffres, des signes ou un motif quelconque.

La Poste Britannique a accepté l’argument de l’inventeur selon lequel les commerçants, les banques, les grandes institutions pourraient être protégés contre le vol de leur stock, vol de la part d’employés indélicats et cela d’autant plus que la Poste rachetait les timbres non-utilisés.

En Belgique

:

Depuis le 6 octobre 1872, les timbres-poste pouvaient être perforés des initiales de leur utilisateur et cet usage a été étendu aux entiers postaux ainsi qu’à certains timbres fiscaux.

En France

:

En 1876, on a donné feu vert aux perforations de sécurité et une loi a promulgué l’interdiction des perforations le 21 janvier 1955. C’était une loi draconienne parce que ceux qui entraient en contravention étaient passibles de détention et d’une forte amende.

En Allemagne, en Autriche, au Danemark, en Suisse :

L’autorisation fut accordée entre 1880 et 1885 selon le pays ; les Etats Unis attendront 1908.

Pratiquement tous les pays utiliserons la perforation.

Il existe, pour certains timbres de Grande Bretagne, 8 positions possibles de perforation.

Recto Verso

← → ↑ ↓ ← → ↑ ↓

L’identification des perforations constitue un fascinant défi pour le chercheur. L’idéal est de trouver le(s) timbre(s) sur une enveloppe ou une carte-postale portant l’en-tête de la société ayant procédé à la perforation.

Il existe des perforations tête-bêche, doubles, partielles ; il y a aussi des perforations moins visibles, parfois presque aveugles, et cela parce que les épingles n’ont pas troués les timbres totalement.

Hélas, la plupart des perforés ont été dédaignés, voire même détruits : ils méritent d’être remis à l’honneur.

J’invite ceux qui possèdent des timbres perforés et ne savent qu’en faire, à les offrir à ceux qui les aiment ou effectuer un échange.

Si vous désirez en savoir plus concernant les perforés :

Goethals Antoine

Rue J. Wauters 27

1400 – Nivelles - Belgique

0032 67 21.71.64