TIMBRE PAIX ET COMMERCE

Timbre francais paix et commerce

Timbre paix et commerce
 
J' ai l'impression que c'est  un bleu de prusse, est- ce une surcharge ou une oblitération, si c' est une surcharge elle n' est répertoriée aucune part.
 
Carlo
----------------------------------------------------------------------------------
Je te rassure tout de suite Carlo, cen 'est pas un bleu de prusse. Regarde le lien suivant et tu comprendras tout de suite! Par contre je ne peux pas te dire si c'est une surcharge ou un oblitération. Timbre pour journaux?
 
----------------------------------------------------------------------------------
Réponse de Monsieur Melot:
 
Bonjour Harald,
Il s'agit bien d'une oblitération typographique de journal.
Voilà très schématiquement comment cela a fonctionné.
Les droits fiscaux sur les journaux (créés en 1850) ont été supprimés en septembre 1870 (la valeur faciale des timbres pour journaux comprenait une partie fiscale et une partie postale. Par exemple le timbre à 4 c correspond à 2 c de droit fiscal plus 2 c de taxe postale).
Du coup, cela a perturbé les éditeurs qui pouvaient alors affranchir leur journaux de plusieurs façons : timbres pour journaux, affranchissements en numéraire (cachets port payé) et timbres-poste annulés typographiquement.
En fait, les éditeurs avaient la possibilité de coller des timbres correspondant au port sur les feuilles de papier destinées à l'impression de leurs journaux. L'impression même du journal servait d'oblitération. On trouve ainsi des 1, 2, 4 et même des 5 c (rares) oblitérés de cette façon depuis les Empire jusqu'aux Sage.
C'est à partir de novembre 1893 que cette faculté commence à disparaître avec l'utilisation des entiers bandes pour journaux.
Il y a eu une tolérance pour les journaux locaux jusque vers 1908 (on rencontre des 1 c Blanc oblitérés typographiquement).
Avec toutes mes amitiés,
 
 
Michel MELOT
Ancien Rédacteur en Chef et
Directeur Délégué de Timbropresse sas