PROVINS surcharge libération

Bonjour à tous

 

 PROVINS    (Seine & Marne)

 

Emission de septembre  1944 due à M. André SUARNET, son commentaire :

 «  ...  d'accord avec le Comité de Libération, qui ne couvrait naturellement que les valeurs en cours.

La poste de Provins était inexistante, ayant été occupée par les Allemands. Il eût été facile de faire vendre ces timbres au guichet quelques jours après ... la plus grande partie du stock avait été utilisée par  affranchissements.  ...En période d'insurrection, rien n'est plus officiel, ni légal. C'est ce qui a obligé l'administration elle-même à revenir sur sa première décision.  ...  ».  Toutes les valeurs Pétain typographiées sont  surchargées  à  titre  symbolique " la tête en bas " : ce ne sont donc pas des surcharges renversées.

Ccf18122016 00000

Ccf18122016 00001

Lettre insuffisamment affranchie en composition ( ARC DE TRIOMPHE UNICOLORE : émission du 9 octobre 1944  et 80 c PETAIN  surcharge verte comportant les mots «  REPUBLIQUE FRANCAISE 1944   » et la « CROIX DE LORRAINE   » ) T.A.D. hexagonal pointillé  24.10.44  PROVINS. Bande de contrôle et cachet de censure de la Commission de la Ville de Paris ( P.A. ). Mention "T" 2,60 au crayon.

(  Tarif lettre 1F50 :  valeur au départ   1 F  le 24.10.44,  valeur au retour  20 c  le 7.11.44  )

Au verso : cachet du censeur (41), mention au crayon violet du facteur "Inconnu 12 rue du port n’existe pas".

Lettre retournée à l'expéditeur et taxée à Provins le 7.11.44 au double de l'affranchissement manquant soit 2F60.

La Poste considère le PETAIN surchargé   comme une vignette  ne possède aucune valeur réelle d’affranchissement.

 

Joël