CARTOPHILIE

La cartophilie est la pratique de la collection des cartes postales.

Les collectionneurs de cartes postales sont appelés « cartophiles ».

Brève histoire de la cartophilie

Les illustrations des cartes postales suscitent leur collection par thèmes (les métiers, les villages d'un département etc.), par usage (envoyées par les soldats depuis le front).

Au cours des années 1900-1920, en France, la pratique de la collection des cartes postales prend un grand essor, et de très nombreux albums familiaux sont remplis. Retrouvés après la mort de leurs propriétaires et présentés dans les vide-greniers et foires à tout, ils fournissent aux nouveaux collectionneurs des années 1980, un champ de recherche important de cartes souvent bon marché. Les Français se passionnent alors pour l'histoire de leur village natal ou encore d'adoption (périurbanisation et rurbanisation) ; les cartes postales du début du XXe siècle illustrent ce passé.

Des catalogues sont publiés, donnant des cotations. Des marchands spécialisés ouvrent leur commerce et des ventes aux enchères amplifient le phénomène, faisant ainsi monter les prix.

Au milieu des années 1970, les collectionneurs comprennent vite l’intérêt de la carte postale. Nous sommes à la fin des « Trente Glorieuses » (selon l'expression de Jean Fourastié) : trente années de croissance économique sans précédent qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Une croissance admise à l’époque comme le remède à tous les maux. Une croissance qui a mis en mouvement l’ascenseur social. Mais une croissance qui a nécessité un exode rural et éloigné une grande partie de la population de ses racines. Quand la machine se grippe, il faut revenir aux vraies valeurs. L’intérêt pour la carte postale s’inscrit dans ce cadre là. Elles sont les derniers témoins d’un monde disparu car elles ont su arrêter, un instant, le temps qui passe vraiment trop vite.[réf. nécessaire]

En 1975, Gérard Neudin, un polytechnicien amateur de cartes postales, va publier pour la première fois un annuaire qui va devenir au fil du temps la référence des cartophiles. Des clubs de collectionneurs vont se constituer et la carte postale va atteindre des prix jusque là inconnus dans les ventes publiques. Ce sera un nouvel âge d'or pour la carte postale.

La collection de cartes postales, contrairement à celle de timbres, est de plus en plus populaire.[réf. nécessaire]

Source: Wikipedia

https://sites.google.com/site/museedelacartepostale/valeur-et-cotation-des-cartes-postales--3

http://cartophilia.free.fr/valcpa.htm

  • PACKETFAHRT

    1 PACKETFAHRT
    La Neue Berliner Omnibus und Packetfahrt Aktien-Gesellschaft fait partie des 13 postes privées de Berlin entre 1873 et 1929. Cette poste vit le jour le 12 janvier 1886. La desserte de lettres prend fin le 31 mars 1900, mais l'expédition de colis, d'argent et de valeurs déclarées continue jusqu'en 1929, ensuite ce fut la Reichspost qui prit la relève. Belle carte ajourée de cette époque. Petit lien avec bien d'autres choses intéressantes: http://briefmarken-spezial.de/Berliner-Packetfahrt-Gesellschaft
  • ZURÜCK

    2 ZURÜCK
    Notre membre Jean Specht m'a tout d'abord envoyé une carte postale du pont de Kehl à insérer sur le site et m'a dit que cette carte n'aurait jamais du être postée! Voici l'explication et j'avoue ne pas avoir su, mais nous apprenons tous les jours et n'avons jamais fini d'apprendre. Merci pour ce petit cours Jean. Bonjour Harald,Bien que je ne suis pas cartophile,  j'en ai quand même quelques une dans ma collection.Celle que je te scanne est aussi une vue du pont.A vrai dire elle n'aurais pas du passé, ci le censeur aurait fait son travail correctement!D'après le décret sur les communications avec l'étranger non ennemi du  02.04.1940, tout envoi de cartes à vue de toutes sortes était interdit!Je scanne une deuxième carte pour montrer cette interdiction.Jean Voici la preuve! À jo, kenn Wunder kommt de Kart net an. So wie de lueje det ich se à verbiete! Je voulais vous montrer tout le décret (Amtsblatt), mais c'est trop lourd donc je ne vous montre qu'un petit extrait des interdictions. Pour les personnes intéressées par le décret complet, je peux l'envoyer par mail. Harald Après mille détours et mille souffrances j'ai enfin réussi! Hallelujah!!! images.compressed-1.pdf (258.31 Ko) images.compressed-2.pdf (301.18 Ko) images.compressed-3.pdf (308.48 Ko) images.compressed-4.pdf (304.77 Ko) Ce genre de cachet existe aussi en rouge et avec cinq lignes. L'image nous vient de notre ami Gérard. Merci à toi! Ce qui est montré, ce sont les cachets avec les deux dernières cases vide, c'est de ceux que j'avais écrit.Dans une des cases on a ajouté un cachet linéaire.Certains de ces cachets linéaires ont été fait pour les petites enveloppes (format carte de visite) car là le grand cachet n'avait guerre de place et pour signaler l'infraction le cachet linéaire suffisait accompagné du cachet rectangulaire de retoursur le coté adresse.Ces cachets ne sont pas tellement rare bien que pas facile à trouver. De ce genre de cachet, il en existe 7 différents !Maintenant nous en avons vu trois, l'un avec six cases, les deux de Gérard avec six cases mais deux vides, et un à quatre cases sur la carte "Lueg". Jean m'a proposé de m'en montrer d'avantage et je lui ai dis allons-y puisque la machine est lancée! Il ne s'est pas fait prier. Bon parfait, tout d'abord, je te présente le plus petit des cachets avec plusieurs infractions. Lettre de Str-Schiltigheim du 03.12.43 avec au verso le cachet avec 3 motifs ici "weil nicht an Schalter aufgeliefert" XLes cachets avec trois motifs sont les plus rares. Les cachets à 6 cases dont deux vides, je n'en ai pas d'Alsace.Lettre de Cologne du 19.06.40 ici "Gefuterte Briefumschläge unzulässig" X Puis pour terminer le cachet linéaire sur une enveloppe de carte de visite. Lettre de Chalons s. Saône du 22.07.42 pour  Strasbourg.Du coté adresse un autre cachet de retour concernant le décret sur les communications du 09.11.40 ( tout le long de cette période de censure il y a maints décrets qui on été publié!!) Au verso comme la place manque pour le grand cachet des infractions le censeur n'a mis que le cachet linéaire "Privatdrucksachen unzulässig" X Voilà.               Jean On aurait très bien pu mettre tout ceci sous la rubrique "Censures".    
  • CARTE LA PLUS CHERE AU MONDE

    1 CARTE LA PLUS CHERE AU MONDE
    Une information de Cartes Postales Magazine plus annonce et abonnement. 1) CARTE LA PLUS CHERE AU MONDE - La carte "Picasso" annoncée en vente aux enchères a réalisé ce matin samedi à 9H30 un record à 166.000 € (hors frais) Record absolu pour une carte postale. Cet été faites un tour dans vos albums, boites et autres cartes à classer on ne sait jamais... ce qui s'y trouve. C'est la maison Gärtner près de Stuttgart en Allemagne qui s'est occupé de la vente.    2) DELAI DE PARUTION - Le numéro du mois de juillet-août aura du retard de parution. Pour des raisons techniques il ne sera pas distribué avant le 10 juillet. Vu que l'imprimerie est fermée le mois d'août, le numéro à paraître en septembre sera imprimé dès le 1er septembre et mis en distribution postale le plus rapidement possible. Donc en résumé le numéro de juillet comme celui de septembre sera en distribution pour le 10 des mois concernés.   3) ADRESSE ESTIVALE - Vous avez jusqu'au 1er juillet pour nous indiquer une autre adresse pour recevoir  votre magazine sur votre lieu de vacances. Par retour de mail indiquez vos coordonnées habituelles et l'adresse de vacances.   4) PETITE ANNONCE OFFERTE - Nous vous offrons une petite annonce gratuite profitez-en ! L'été est souvent plus tranquille et les collectionneurs ont plus de temps pour chercher, échanger ou acheter des cartes sur le marché. Répondez à ce mail avant le 28 juin pour la parution d'une annonce gratuite n'oubliez pas de mentionnez vos coordonnées complètes. L'annonce peut aller de 4 à 10 lignes. Faites-vous plaisir et faites des heureux !    5) TARIFS ABONNEMENTS - Dès le mois de juillet-août et pour tous les nouveaux abonnements nous baissons le prix de l'abonnement pour les pays suivants : Belgique, Italie, Allemagne, Espagne, Portugal, Pays-Bas à 45€. Cela est justifié par le tarif spécial brochures international dont peuvent bénéficier nos abonnés étrangers. L'abonnement passe donc de 55€ à 45€. Pour la France cela ne change pas et remarquons qu'il est plus cher d'expédier le magazine en France que vers un pays en Europe... Cherchez l'erreur... Pour la France aucune augmentation tarifaire n'est prévue. Si nous avions un peu plus de publicités payantes nous pourrions augmenter le nombre de pages du magazine à 72. On espère...     6) ACTION ABONNEMENT - Chaque abonné qui parraine un nouvel abonné (qui ne l'est pas encore...merci M. Lapalisse) se voit prolonger son abonnement de 2 numéros. Il suffit que le nouvel abonné se recommande de vous en mentionnant votre numéro d'abonné. Si vous ramenez d'autres abonnés, votre abonnement se prolongera à chaque fois de 2 numéros pour chaque nouvel abonné. la valeur de 2 numéros est de 15€. Faites vos calculs...   7) ABONNEMENT SPECIAL CLUB - Nous proposons une formule club à savoir pour 10 abonnements au nom d'un club nous offrons 2 abonnements supplémentaires. Car souvent les clubs gardent un exemplaire pour les archives et font circuler un numéro entre les membres. Règlement à adresser au nom du club.   8) ANNONCE MANIFESTATIONS ET SALONS - Vous avez jusqu'au 25 juin pour nous annoncer votre manifestation à venir. Ceci concerne la rubrique calendrier normale gratuite. Les annonces couleur étant payantes.   9) PRESENCE SALON - nous prévoyons avec certitude une présence en janvier  2016 à CARTEXPO PARIS et à confirmer en 2016 AUBAGNE, REIMS, TOULOUSE, FIGEAC. Christian Bucillat reste à votre écoute pour un éventuel reportage manifestation.   En pièces jointes :  - le recto et verso de la carte postale la plus chère du monde. - un bulletin d'abonnement pour vos amis et connaissances.     Excellent été cartophile   Marc Ledogar   Cartes Postales MAGAZINE Rédaction - Publicité - Contacts Cartophiles - Abonnements BP 20028 - 64990 MOUGUERRE Tel Fixe 09 70 77 76 33 - Tel Port 06 89 20 29 26 www.cartes-postales-magazine.fr   Administration SAS Lauréanne CPM 6A Chemin de la Speck - 68000 COLMAR  
  • LES BELLES CARTES D'ALSACE

    1 LES BELLES CARTES D'ALSACE
    Il fallait absolument que je commence ce nouveau thème! Pourquoi? Notre Monsieur Edmond sait enfin scanner et s'est empressé de m'envoyer quelques images. C'est extraordinaire. Assez blagué. Il est vrai que ces cartes sont très belles et ça vaut le coup de les montrer puisque c'est régional. Je n'ai que le recto des cartes en images. La première carte est de Heiligenstein avec une vue du village, du Mont-Sainte-Odile et du chateau d'Ottrott. La deuxième est de Bergheim. Merci pour ce début de thème cher Edmond! Harald
  • DETTWILLER

    1 DETTWILLER
    Dettwiller est le village de mon enfance. Les temps et les noms de rues changent mais les souvenirs restent. Heureusement par moment il y a l'église et la boucherie Will pour se situer, sinon ça deviendrait difficile. Son histoire est à voir ici car des gens plus spécialisés que moi pourrons mieux vous conter son histoire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Dettwiller   Lettre de Dettwiller du 3 mars 1832 oblitérée à Saverne.   On voit bien la griffe C.F.I.R (courrier français premier rayon). Le petit cachet ovale qu’on ne voit pas bien est DR (décime rural: Le décime rural désigne une taxe fixe instituée par la loi du 3 juin 1829 et destinée à financer le service des facteurs ruraux). Il y a aussi le cachet de Saverne du 6 mars 1832 avec (67) déjà. Carte de Hobart (Tasmanie) pour Dettwiller. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 18 avril 2017 Quelques nouvelles trouvailles! Je ne sais pas si les cartes sont communes ou rares, de même les oblitérations mais nous avons des spécialistes en la matière. Café Fischer, actuellement Berry et en face la mairie? ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Les deux cartes suivantes font certainement partie d'une série?  
  • LES PONTS DE KEHL

    1 LES PONTS DE KEHL
    Je dis bien "les" ponts de Kehl et pas "le" pont! D'Kehler Bruck, c'est celle qui est connue par les gens qui l'empruntent pour passer en Allemagne. Quand il y a les bouchons aux heures de pointes c'est vraiment agréable. Il existait déjà un pont dès 1388 dit Lange Bruck. Eh oui, je m'en souvient les jeunes! Ce pont fut souvent détruit et reconstruit. Le premier pont "moderne" date de 1897 et une ligne de Tram allait jusqu'à Kehl. C'est le 23 septembre 1960 que le nouveau pont pris le nom de "Pont de l'Europe". Il ne faut néanmoins pas oublier le pont ferroviaire qui traverse le Rhin avec la mise en service du 11 mai 1861. Pareil pour ce pont, détruit et reconstruit maintes fois! C'est le 12 août 1956, pil poil deux ans avant mon anniversaire que fut inauguré le nouveau pont, je m'en souviens. En 2010 fut construit un autre pont pour franchir à plus grande vitesse (120 km/h). Il existe de nombreuses cartes postales à ce sujet. Il serait intéressant de pouvoir les dater. La troisième date (à été écrite en 1924), la quatrième en 1915. Pour les deux premières je n'ai pas de dates. J'inclus un bon site et je suis content de montrer des cartes qu'ils n'ont pas! http://www.cparama.com/forum/strasbourg-pont-de-kehl-t23342.html Une carte de Jean Voir explication pour cette carte: http://wwwphilatelie-truchtersheim.e-monsite.com/album-photos/cartophilie/zuruck/
  • CARTES PUBLICITAIRES DES MARCHANDS DE TIMBRES

    1 CARTES PUBLICITAIRES DES MARCHANDS DE TIMBRES
    Elles sont très belles ces cartes, mais ne sont pas des cartes Zieher bien qu'elles y ressemblent! Ce sont des cartes publicitaires pour marchands de timbres. On ne trouve pas ça tous les jours et je ne connais pas la valeur marchande. Merci Mister T pour la mises à disposition de tes cartes!
  • LE "BAEHNEL" DE ROMANSWILLER

    1 LE "BAEHNEL" DE ROMANSWILLER
    Lien découvert récemment auquel il n'y a rien à ajouter. Il est quand-même étonnant de voir combien de liaisons existaient jadis et maintenant il n'y a plus rien! L'automobile a certes poussé à la disparition de ces voies et aujourd'hui on parle de covoiturage etc. N'aurait-il pas été mieux de conserver tout ça et de l'entretenir? Oui, la rentabilité, l'argent, c'est ce qui détruit encore plus que l'automobile! Bonne lecture. http://www.obersteigen.fr/train/baehnel.cfm
  • STRASBOURG

    1 STRASBOURG
    L'histoire de Strasbourg n'est plus à faire. C'est la capitale de notre région. Strasbourg a aussi une très belle cathédrale! Elle a été pendant longtemps le plus haut bâtiment du monde. Celui qui veut lire son histoire en détails peut se renseigner sur Wikipédia. Il est clair que la cathédrale prenne une place importante dans les illustrations des cartes postales. Le temps a passé depuis et les endroits montrés ne sont plus d'actualité. Il reste néanmoins les souvenirs! Il y a aussi la Place Gutenberg! Cartes postales d'après l'œuvre de l'artiste alsacien Albert Koerttge (Strasbourg 1861-1940 Heiligenstein, aquarelliste, lithographe et aquafortiste). Si quelqu'un pourrai me communiquer une courte biographie, je lui serais reconnaissant. Je n'ai malheureusement rien trouvé sur Internet. 26/03/2015: J'ajoute quelques cartes! Pour les fans de la ville de Strasbourg, un petit lien super: http://www.jm-cognee.com/blog/perso/dossiers/dossier%20archi/page_archi.html
  • LA MICHELINE

    1 LA MICHELINE
    L'instigateur de ce thème est notre membre Joseph qui m'a envoyé un fichier PPS et qui m'a fait faire indirectement des recherches sur ce moyen de transport. Bonne idée Joseph! La Micheline était le premier véhicule ferroviaire monté sur pneus. C'est une invention d'André Michelin. L'histoire peut être lue sur wikipédia. Les Michelines ont été trés populaires jusqu'au début du vingtième siècle, mais furent remplacées par le trains express régionaux, dommage. la-micheline.pps (4.3 Mo)
  • COTATION ET VALEUR DES CARTES POSTALES

    1 COTATION ET VALEUR DES CARTES POSTALES
    Je ne fais aucun commentaire, je vous mets juste le lien, à vous de lire! Il y a aussi le catalogue Neudin pour la cotation. http://cartophilia.free.fr/valcpa.htm
  • LUPSTEIN

    1 LUPSTEIN
    Les informations concernant notre village de Lupstein sont issues de Wikipédia parce que notre site est fait pour montrer des timbres, cartes postales et tout ce qui tourne autour de la philatélie. Les explications sont souvent issues d'autres sources. Lupstein est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace. Elle appartient au canton de Saverne. Pendant la guerre des Rustauds, le 16 mai 1525, le village, refuge de paysans en révolte qui avaient quitté Saverne est brulé et toute sa population massacrée. On trouve encore aujourd'hui près de l'église un ossuaire qui, selon la légende, contiendrait les os des paysans morts. Les autres informations peuvent être lues en cliquant sur les liens. Quelques cartes postales de Lupstein vous sont montrées ci-dessous. Je ne sais pas combien il en existe, mais peut-être qu'un spécialiste nous donnera ces informations? Les images sont du net et personnelles. D'autres images sont les bienvenues!  
  • LA CAMPAGNE D'ORIENT

    1 LA CAMPAGNE D'ORIENT
    Pour ce thème, je me sers de la page perso de Nadia Pla, qui m'en a donné l'autorisation. Le texte de la page est tellement bien fait, qu'il est inutile d'en rajouter. J'intègre quelques cartes postales, juste pour embellir un peu. La campagne d'Orient 1915-1917 a) Les guerres balkaniques au début du siècle En 1908, l'Autriche-Hongrie et la Russie s'accordent pour pénétrer les Balkans, alors sous la domination turque de l'Empire Ottoman (sauf la Serbie et le Monténégro, qui avaient acquis leur indépendance en 1878). De nouveaux pays émergent : la Bosnie, annexée par l'Autriche-Hongrie et la Bulgarie (quant à la Serbie, elle est protégée par la Russie). Puis, en 1912, c'est l'Albanie qui prend son indépendance. 1912 : première guerre balkanique. L'Empire Ottoman échoue face à une coalition de la Serbie, la Bulgarie, la Grèce, le Monténégro et la Roumanie. Les Grecs s'emparent de Salonique (actuelle Thessalonique) et la Macédoine est libérée du joug ottoman. 1913 : deuxième guerre balkanique. Elle oppose les mêmes belligérants, sauf que cette fois-ci, c'est la Bulgarie qui est seule contre tous et c'est l'Empire Ottoman qui se joint aux autres. L'enjeu de cette guerre est le partage de la Macédoine, qui n'a donc pas eu le temps d'être indépendante. Finalement, elle est partagée entre la Grèce, la Serbie, le Monténégro et la Bulgarie (cf. la carte) b) Les forces en présence en 1914 b) L'intervention des pays occidentaux En 1915, les Français et les Anglais décident d'ouvrir un front en Orient. Ils mènent une première offensive à Gallipoli, presqu'île du continent européen qui appartenait à l'Empire Ottoman, dans le détroit des Dardanelles. C'est un échec. Ils décident ensuite de débarquer à Salonique (ce qui est d'autant plus maladroit que la Grèce est neutre !) pour aller soutenir la Serbie contre la Bulgarie. Celle-ci vient en effet d'envahir la partie serbe de la Macédoine et s'en prend bientôt à la Serbie elle-même.   En octobre 1915, la Serbie doit faire face à une attaque conjointe des Allemands, de l'Autriche-Hongrie et des Bulgares. Le corps expéditionnaire français (arrivé à Salonique au milieu du mois) tente de leur porter secours en novembre en remontant la vallée du Vardar, mais c'est trop tard : les Bulgares prennent Monastir et l'armée serbe doit se replier en Albanie. Quant aux Français et aux Anglais, ils n'ont plus rien à faire dans la région. Toutefois, ils restent à Salonique, pour dissuader la Grèce et la Roumanie, neutres, d'entrer en guerre aux côtés de l'Allemagne et de la Turquie. De décembre 1915 à l'été 1916, la longue attente des Français dans les camps de Zeitenlick ou de Kjorzine, aux portes de Salonique, n'est interrompue que par un zeppelin allemand qui vient lâcher des bombes sur la ville dans la nuit du 31 janvier et par quelques incursions dans la région au printemps. En juillet 1916, les Bulgares s'emparent de Florina. Les Français repartent en guerre et reprennent cette ville le 18 septembre puis, dans la foulée, Monastir le 19 novembre (où ils sont rejoints par l'armée serbe). Les Alliés (Français, Anglais, Italiens, Russes et Serbes, qui ont tous fait leur jonction) restent dans la région pour maintenir leurs positions. Source du texte: http://patrick.nadia.pagesperso-orange.fr/Introduction_historique.html   MERCI!
  • L'Oncle Hansi

    2 L'Oncle Hansi
    Hansi, un artiste bien de chez nous, n'est pas uniquement connu en Alsace, mais à travers le monde. J'ai pensé mettre quelques cartes postale dessinées par l'artiste, car ça fait partie de notre culture, notre patrimoine. Hansi est né et mort à Colmar, mais je n'ai pas envie de recopier Wikipédia. Je préfère vous mettre le lien. http://fr.wikipedia.org/wiki/Hansi Je remercie tout particulièremant Monsieur Anthony Fleischer, responsable de développement du "Marché de l'Oncle Hansi"! Nous vous autorisions à diffuser les cartes postales sur votre site sous condition de mettre en légende: copyright Musée HANSI Riquewihr. Voilà, c'est fait et c'est visible pour tout le monde. Passons aux cartes maintenant. Vous pouvez les agrandir en cliquant sur l'image! J'espère que ça plaira?! Harald Quel artiste Hansi! Magnifique!
  • Le Métropolitain

    1 Le Métropolitain
    30 ans de tergiversation : la naissance du Métropolitain parisien C'est en 1845 que né entre Paris et les compagnies de chemin de fer, l'idée d'établir un chemin de fer dans Paris. A cette époque il s'agissait simplement de transporter les marchandises d'un point à un autre. Cette idée restera sans suite jusqu'en 1871 à la suite des premières élections municipales de Paris. Le sujet fut remis à l'ordre du jour lors d'une réunion du conseil générale de la Seine. Le projet proposait la création d'un chemin de fer local desservant tout le département de la Seine. Un compromis entre les omnibus et les tramways assurant la desserte entre Paris et le réseau des chemins de fer nationale et régionale. À l'époque, la voie ferrée dans Paris se limitait aux neuf gares terminus en cul-de-sac et aux six gares de passage interconnectées par la Petite Ceinture, ligne circulaire ouverte aux voyageurs et comprenant 21 gares. Deux projet vont alors s'opposer, la municipalité parisienne souhaitant réaliser un réseau placé sous tutelle locale et assurant une desserte de la ville répondant en priorité aux besoins de ses habitants tandis que les compagnies de chemin de fer et les services de l’État (Préfecture, Ponts et Chaussée, Conseil d'État) axent le futur réseau sur des prolongements des lignes existantes aboutissant dans les gares parisiennes (gares Saint-Lazare,du Nord, de l'Est, de la Bastille, de Lyon, d'Austerlitz, d'Enfer, des Invalides et Montparnasse) reliées entre elles par la ligne de Petite Ceinture. Le conflit est renforcé par de profondes divergences politiques. Entre 1856 et 1890, plusieurs projets sont élaborés sans qu’aucun n’aboutisse. Sur le plan technique à côté de projets farfelus s’opposent les propositions de réseau aérien, à la manière des premiers métros américains, et de réseau souterrain. Les projets aériens sont contestés par ceux qui redoutent une dégradation des plus belles perspectives parisiennes, tandis que les projets souterrains suscitent des craintes pour la sécurité et la santé des voyageurs. La combinaison de plusieurs facteurs finit par débloquer le projet parisien : on peut citer la pression de l'opinion publique mobilisée par les échecs précédents, la croissance démographique parisienne, l’exemple des capitales étrangères, l'arrivée d'hommes nouveaux à des postes clés de la municipalité, du gouvernement et des services techniques de l'État, le changement des équilibres politiques, l'apparition de lobbies industriels (les compagnies électrotechniques) favorables au métro et l’approche de l’exposition universelle de 1900. Tous ces facteurs décident les autorités à lancer enfin la construction du métro. La solution de la ville de Paris est retenue. L’État concède à celle-ci la conception et la réalisation de l’ouvrage. Après l’adoption le 20 avril 1896 du projet de réseau de Fulgence Bienvenüe et d'Edmond Huet, le « chemin de fer métropolitain » est déclaré d’utilité publique par une loi du 30 mars 1898: le décret prévoit la construction d’une première tranche de 6 lignes avec une option pour 3 autres lignes. Les travaux sont lancés le 4 octobre 1898 dans le cadre d’une convention passée entre la Ville de Paris et la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP), propriété d'un Belge, le baron Édouard Louis Joseph Empain. Le cahier des charges du métro de Paris précise que celui-ci sera souterrain, à traction électrique, avec une voie à écartement normal et un gabarit de 2,40 m qui interdit toute circulation des trains normaux. Le métro de Paris ne doit pas franchir les portes de Paris. Le cahier des charges impose de construire des voies avec une déclivité maximale de 40 mm/m et un rayon de courbure minimal de 75 mètres. La longueur des stations est fixée à 75 mètres. Elle sera portée par la suite à 90 mètres (effectif sur l'ensemble des lignes 1 et 4) puis 105 mètres (généralisé sur aucune ligne). Le projet initial comporte une ligne circulaire Étoile-Nation-Étoile et deux lignes transversales, une Nord-Sud (Porte de Clignancourt-Porte d’Orléans) et une Est-Ouest (Avenue Gambetta - Porte Maillot). La première ligne (Porte de Vincennes - Porte Maillot) est ouverte au public le 19 juillet 1900 afin de desservir les épreuves des jeux Olympiques d’été de 1900 au bois de Vincennes. Les édicules sont conçus par l’architecte emblématique de l’art nouveau, Hector Guimard. En 1900, il y a deux classes, le prix de la première est fixé à 25cts et celui de la seconde à 15cts quelque soit le parcours. Une seconde convention est passée le 31 janvier 1904 qui confie à une autre compagnie, la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris (Nord-Sud), la ligne entre Montmartre (en fait Notre-Dame-de-Lorette) et la Porte de Versailles. L’inauguration de celle-ci, le 4 novembre 1910 sera retardée par la crue de la Seine de janvier 1910.
  • Papouasie Nouvelle-Guinée

    1 Papouasie Nouvelle-Guinée
    La cartophilie s'avère comme une collection fort intéressante. Les prix de certaines cartes le sont aussi. La carte présentée est estimée à 1800,00 euro. Elle figur dans la vente sur offre de décembre 2014 chez Firma Jennes & Klüttermann, Köln. À vos chéquiers!!! Il s'agit de l'expédition sur le fleuve Sepik dans les provinces de Sandaun. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sepik En prime la nouvelle revue "The Papuan Villager" de décembre.
  • Belles cartes postales du monde entier

    1 Belles cartes postales du monde entier
    Des cartes postales, il y en a des masses. Les oblitérations et griffes font partie de la marcophilie, mais ce que je voulais particulièrement montrer, c'est l'esthétique exceptionnelle de certaines cartes. Comme exemple deux cartes allemandes, l'une de Munich et l'autre de Nuremberg, présentée recto-verso. Le destinataire, Monsieur Ollivier de Bordeaux était sûrement collectionneur. Sur la carte de Nuremberg, Monsieur Bernhard Ensner lui demande d'affranchir les cartes avec différentes petites valeurs comme lui le fait aussi. Les affranchissements sont philatéliques, mais ça n'enlève rien à la beauté des cartes postales. Je vous invite à présenter à votre tour, d'autres cartes!
  • MUSEE DES AMOUREUX

    1 MUSEE DES AMOUREUX
    Présenté sur FR3 aujourd'hui, je tenais à vous faire part de ce Musée, le plus petit du monde avec tout de même plus de        20 000 cartes. Certaines sont uniques. Je pense que ça vaut la peine d'être vu par ceux qui en ont l'occasion. C'est quelque chose de très spécial et en plus ça concorde très bien avec la Saint Valentin! http://www.sundgau-sudalsace.fr/LEI/Musee-des-amoureux-et-du-patrimoine-sundgauvien.htm?HTMLPage=/culture-et-patrimoine/musees.htm&action=&page=1&commune=&categorie=1900045s1900200&genre=1900009&nom_recherche=&ID=269000091&TYPE=1900200&langue=1&sessionalea=
  • LES GRANDS GOULETS

    1 LES GRANDS GOULETS
    Les grands goulets sont des gorges dans le département de la Drôme dans le massif du Vercors. Une route y fut construite, il faudrait plutôt dire percée de 1844 à 1854. Cette route fut aussi appelée la route du vertige. Depuis 2008 cette route fut fermée à toute circulation en raison des chutes de pierres. La construction était un travail titanesque au péril de la vie de ceux qui y travaillaient. Aujourd'hui on ne peut que difficilement s'imaginer le dur labeur en cette époque, qui, comme si souvent fut exécuté par des travailleurs étrangers. Cliquez sur les images pour les agrandir! https://jihel48.wordpress.com/2013/03/15/974/ L'idée pour ce thème cartophile m'est venu grace au lien suivant envoyé par ma belle-sœur! Merci! http://vercorstv.wmaker.tv/In-Memoriam-les-Grands-Goulets_v497.html  Mettre le son.
  • S'MOLSEMER BAHNELE / LA LIGNE MOLSHEIM-SAVERNE

    1 S'MOLSEMER BAHNELE / LA LIGNE MOLSHEIM-SAVERNE
    Je me souviens encore de cette ligne qui existait dans ma jeunesse. Tout ce qui reste en entrant dans Saverne est une sorte de monument, le reste du pont dans ce fameux virage en S qui existait avant la mise en service du contournement de Dettwiller. J'en ferai une photo pour la mettre sur le site. N'ayant pas grand-chose comme images de cette ligne  qui évoque sûrement des souvenirs chez nos anciens (mais peut-être que vous auriez quelque chose pour moi?), je joins deux magnifiques liens. http://www.trainmolsheim.com/index.php?option=com_content&view=article&id=4&Itemid=4 http://www.wangen-alsace.net/t56-la-gare-de-wangen
  • La ligne d'Andelot - La Cluse ou ligne des hirondelles

    1 La ligne d'Andelot - La Cluse ou ligne des hirondelles
    Il n'est pas nécessaire que j'essaye de vous expliquer l'histoire de cette ligne. Wikipédia a toutes les données: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_d%27Andelot-en-Montagne_%C3%A0_La_Cluse Tout ce que je constate, est que ça a du être un travail titanesque qui mérite le respect. Je vous mets quelques cartes ainsi qu'un lien (vidéo) que vous pourrez visionner. J'en ai déjà parlé a Bernard, lui disant que ça vaudrait bien une visite, pourquoi pas avec quelques membres?! Clic sur image pour agrandissement! Mettez le son! https://www.youtube.com/watch?v=43inz2yJ5GM Bon voyage. http://www.saint-claude-haut-jura.com/ete/ligne-des-hirondelles.html#.VOcxf4d0zX4
  • Les cartes postales Zieher

    1 Les cartes postales Zieher
    Les cartes postales Zieher ne sont sans doute pas trop connues par les collectionneurs, mais l'esthétique est vraiment remarquable! C'est trop beau et très bien fait. Je vous mets un lien en ligne qui vaut le coup d'être vu. Merci à M. Mouret pour son autorisation! http://www.cparama.com/forum/cartes-philateliques-ottmar-zieher-munchen-t4283.html 17/03/2015: J'ajoute des cartes mises à disposition pour le site par un super gars! Merci, tu te reconnaitras.
  • En mémoire des victimes des camps de concentration

    1 En mémoire des victimes des camps de concentration
    Il y eut beaucoup de cartes postales en mémoire des victimes des camps de concentration. J'en montre deux de Pologne et vous invite à coopérer en montrant d'autres cartes. Si quelqu'un pouvait me communiquer la cote de ces deux cartes je lui en serais reconnaissant.
  • Vic-Sur-Seille jadis

    1 Vic-Sur-Seille jadis
    Anciennement « Vicus Bodatius » ainsi nommée par les Romains. Vic-Sur-Seille fut autrefois le centre d'une exploitation intense des sources salées à l'époque Gauloises et Gallo-romaines. L’êvêque Bertram y fit construire un château et des fortifications en 1200.  Elle fût à la fin du 13ème siècle, chef-lieu du Temporel de l’êvêché. Il y avait de nombreuses communautées religieuses, le collège fut construit en 1746 et il abrite encore de nos jours les classes de CP à CM2. Après l'annexion par la Prusse en 1871, les nouvelles frontières précipitèrent le déclin de la ville au profit de sa voisine "Château-Salins". Vic-Sur-Seille est la patrie du peintre Georges de la Tour ( 1593-1652 ). Ancienne gare ( les voies ferrées n'existent plus aujourd'hui) Ancien Hôpital  Aujourd'hui il abrite sur la gauche de l'escalier, la cuisine de la Maison de Retraite et sur la droite, la Chapelle . La petite place du marché. Celle çi existe toujours sous la dénomination "Place de la Halotte". La place du Moulin Aujourd'hui, le moulin n'existe plus mais l'endroit subsiste toujours malgré les modifications apportées au fil des ans.    Le Pont-Neuf détruit puis en pleine réfection. Il existe toujours.    Le pont central avant et après. Il a été reconstruit depuis et est toujours en place     La rue principale en descente et en montée. Beaucoup de bâtiment de l'époque subsiste encore aujourd'hui.     Le 1er Novembre 1914, passage en revue des troupes sur la Place du palais. Les magasins ont aujourd'hui disparus mais la Place est toujours là avec pratiquement les mêmes bâtiments.
  • COSTUMES ET TRADITIONS

    1 COSTUMES ET TRADITIONS
    Bien sûr je mets l'Alsace et la Lorraine en premier puisque c'est notre région. Est-ce que ce n'est pas beau de voir cette fraternité entre les deux régions? Pardon, nous faisons partie de la même actuellement, alors ça va, tout baigne. Les costumes traditionnels d'autrefois ne se portent plus, sauf pour certaines occasions, mais je crois que la recherche d'identité s'intensifie à nouveau. J'espère que d'autres auront des cartes de la région ou d'autres régions à insérer?!
  • CAMP DE MAILLY

    1 CAMP DE MAILLY
    C'est Bernard M. qui m'a offert ces cartes du camp de Mailly. Il y en a bien plus mais je n'en montre qu'une petite quantité. Les cartes n'ont pas voyagé mais qu'importe, les font partie de notre histoire. Le camp de Maillt a été créé en 1902. Il fut très utilisé lors de la Première Guerre mondiale, en particulier pour équiper et entrainer le Cops expéditionnaire russe en France en 1916. Le camp a une surface de 12000 ha et actuellement une usine de destruction d'arme chimiques du programme SECOIA y est implantée.
  • Contre remboursement

    1 Contre remboursement
    Carte postale de Hochfelden (Bas-Rhin) du 4 juillet 1903 pour Niederwiller (Moselle) avec cachet d'arrivée du 5 juillet 1903. Cette carte est contre remboursement et fait office de quittance (voir au verso). Un jour pour acheminer ce courrier alors qu'actuellement...!
  • Les mines de potasse à travers la carte postale

    1 Les mines de potasse à travers la carte postale
    Je n'ai pas grand-chose concernant les mines de potasses et je ne pense pas que les alsaciens du "grand nord" connaissent véritablement l'histoire de ces mines, le travail, les années de gloire et la triste fin d'une région jadis prospère. Ce sujet est plutôt un coucou, un hommage à nos amis haut-rhinois et plus particulièrement à ceux de Wittelsheim qui nous ont si bien accueilli lors de l'AG du groupement l'année dernière. Peut-être pourront-ils ajouter l'une ou l'autre carte et/ou un commentaire pour apporter un petit plus à ce piètre essais?! J-C, je compte sur toi! Ce lien vous en dira bien plus!   http://apphim.fr/articles.php?lng=fr&pg=610 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Pierre de Wittelsheim m'envoie deux factures des mines de potasse qu'il a acheté sur  Delcampe. Merci à toi Pierrala! C'est un jeune de 14 ans qui s'investi pour le site, alors les anciens, prenez exemple!  
  • COIFFURES

    1 COIFFURES
    Hier lors de notre sortie à Sindelfingen avec des membres de Dorlisheim, Truchtersheim et Saverne, nous avons passé une très belle journée. Notre rencontre avec les membres de Wittelsheim (Jean-Claude Vostry, Pierre, le trésorier et Pierrala), ainsi que Mireille Huchet et Louis Buck du club d'Issenheim a été très fructueuse. C'est justement Louis qui m'a parlé de cette thématique "Coiffure" et Mireille me l'a présenté. Nous avons longtemps discuté et j'ai eu des explications exellentes. Merci à vous tous, aussi à Gilbert Neff qui avait endossé le rôle de chauffeur! Parlons un peu de cette thématique qui, lorsque vous verrez les photos de pas très bonne qualité vous ferons dire "c'est banal, pourquoi il présente ça?". Oui, je comprends très bien mais quand on l'a vu de ses propres yeux c'est tout à fait autre chose. C'est vraiment comme Mireille et Louis ont dit, du jamais vu, du moins chez nous. Il faut que je vous explique que les coiffures sur ces cartes ont été réalisées avec de vrais cheveux, mais il faut l'avoir vu en réel. À vous de juger!    
  • LES CARTES PUBLICITAIRES

    5 LES CARTES PUBLICITAIRES
    Suite aux conseils d'un de nos membres je créé une nouvelle rubrique sur les cartes publicitaires et voici la première. L'entreprise Singer est originaire de New York et existe depuis 1851! Je n'ai pas enie de vous relater toute l'histoire, donc je vous mets un lien. Ça vous permettra aussi de voir la belle affiche publicitaire. https://fr.wikipedia.org/wiki/Singer_(entreprise) Si vous avez d'autres cartes à présenter ayant circulé ou pas, n'hésitez pas!  
  • L'HISTOIRE DE LA CARTE POSTALE

    1 L'HISTOIRE DE LA CARTE POSTALE
    Un peu de lecture pour vous, ça ne jamais de mal! http://data.axmag.com/data/201606/20160608/U145811_F384230/FLASH/index.html
  • STRASBOURG POUR GOXWILLER

    1 STRASBOURG POUR GOXWILLER
    Carte postale sans grande rareté mais qui fera très sûrement plaisir à notre ami Christian du club de Dorlisheim qui collectionne ce qui a rapport à Goxwiller! Je lui remettrai dès que l'occasion se présente.
  • LE CAMP D'OBERHOFEN

    1 LE CAMP D'OBERHOFEN
    C'est Jean qui m'envoie ce fichier car il s'inquiétait de mon silence radio. Il n'est pas normal qu'à cette heure-ci je n'aie encore envoyé de courriel. Il s'agit du camp d'Oberhoffen près de Haguenau. Vous constaterez que Jean et moi écrivons Oberhofen avec un F. Ce n'est pas une erreur car en regardant de près les cartes vous constaterez que pendant la période allemande ça s'écrivait ainsi! http://data.axmag.com/data/201610/20161030/U145811_F408147/FLASH/index.html
  • NORDHEIM

    1 NORDHEIM
    Un peu de philatélie locale pour cette fin de semaine. Merci pour le prêt de tes cartes B. Nordheim est connu pour son émetteur TV d'une hauteur de 273 mètres et par les locaux pour son restaurant et la chèvrerie où on fabrique fromages et saucissons. Église et Épicerie Georges Mehl / Nordheim En avion au-dessus de Nordheim / Église St-Pierre Incendie de Nordheim. Photographe Henry Bunz Cronenbourg Église de Nordheim / Vierge à l'enfant. Bas-relief en grès fin du XVème siècle. Restaurant au Cerf d'or / Joseph Wolf Classe???  
  • WANGENBOURG - ENGENTHAL

    1 WANGENBOURG - ENGENTHAL
    Beau site avec à gauche dans le menu les différentes cartes postales de la région de Wangenbourg à visionner. Je pense que ça fera plaisir à notre secrétaire?! Beautiful site with to the left in the menu the various postcards of the region of Wangenbourg to view. I think that that will please our secretary?! Schöne Webseite mit in der linke Leiste die unterschiedlichen Postkarten aus der Gegend von Wangenburg anzusehen. Ich denkedas wird unserem Sekretär gefallen? http://www.obersteigen.fr/accueil.cfm Nideck est à quelques kilomètres. Voici le poême d'Adalbert von Chamisso: http://www.valleebruche.com/557/les-geants-du-nideck/#.WLejUIWcE2w          
  • Histoire de la carte postale

    1 Histoire de la carte postale
    Source image Internet Merci à Jany pour l'envoi de cet article! Histoire de la carte postale   Définition La carte postale est un imprimé sur un support semi-rigide destiné à un usage postal pour une correspondance brève à découvert. Ce  banal petit morceau de carton que tout le monde a un jour ou l'autre envoyé ou reçu est un formidable outil de communication, de convivialité, de recherche scientifique ou d'expression artistique. La carte postale est l'objet qui dispose du plus grand nombre de points de vente dans le monde. Avant la carte postale Il est bien sûr possible de faire remonter l'envoi de messages à découvert à des époques très anciennes, des tablettes d'argile en Assyrie du IVème millénaire avant notre ère aux billets de visite écrits sur des cartes à jouer sous Louis XIII. Les origines de la carte postale remontent à la seconde moitié du XIXème siècle, ce sont des cartes commerciales en papier glacé, d'où leur nom de cartes porcelaines, qui peuvent circuler à découvert car l'administration des postes l'admet depuis 1856. Les négociants font ainsi imprimer des textes publicitaires ou réclames qui ne contiennent aucun message personnel. Le concept officiel de la carte postale n'est pas encore né. Naissance de la carte postale officielle image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/heinrich-von-stephan.jpg?fx=r_100_100 C'est un conseiller d'Etat prussien, Heinrich Von Stephan (portrait ci-contre), qui propose, lors de la 5ème conférence de l'Association allemande des postes de 1865 à Karlsruhe, un feuillet cartonné de correspondance devant circuler à découvert. Mais l'idée n'est pas retenue. Le 28 janvier1869, Emmanuel Hermann 1838/1902, professeur d'économie politique à Vienne, reprend l'idée et utilise pour la première fois le terme de carte de correspondance.   En France L'administration des Postes regarde avec bienveillance cette carte officielle, mais ne propose pas de faire de même en France. Après 1870, la France n'est pas au mieux de ses relations avec le monde germanique aussi va t-elle essayer de forger de toute pièce des inventeurs français antérieurs aux germains. Un article du Petit Journal du 6 septembre 1902 sur Léon Besnardeau 1829/1914 (ci-dessous), modeste libraire-papetier de Sillé-le-Guillaume (Sarthe), va faire de lui  l'inventeur de la carte postale illustrée. Il aurait eut la bonne idée de créer une carte postale pour que les soldats du camp de Conlie puissent communiquer avec leurs familles. La mention  Souvenir de la Défense Nationale  sur cette carte laisse supposer  qu’elle a été réalisée après la guerre de 1870, comme souvenir pour les soldats venus en pèlerinage au Camp de Conlie.      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/article-petit-journal-6-sept-1902.jpg?fx=r_300_300     image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/carte-postale-camp-de-conlie.jpg?fx=r_300_300   La carte de Strasbourg En 1870,  la Société de secours aux blessés militaires des armées de terre et de mer émet une carte pour permettre la communication entre les comités locaux de cette Société. A cette époque, la ville de Strasbourg est assiégée par l'armée de Von Werder  et refuse de se rendre. Le comité de Strasbourg de la Société de secours aux blessés, qui possède un stock de ces nouvelles cartes, propose au général prussien de laisser les blessés communiquer avec leur famille et les assiégés. Le général accepte à condition que les cartes soient affranchies d'un timbre prussien de 6 Kreuzer. Ce courrier va d'abord se faire censurer à Karlsruhe puis transite par Bâle. Les premières cartes postales à circuler en France sont donc transmises par deux administrations étrangères : allemande et suisse et sont affranchies avec un timbre prussien. Bien que très utilisées par les Strasbourgeois, il ne subsiste que peu de ces cartes. Après la capitulation, on en retrouve des sacs postaux entiers, qui sont malheureusement brûlés. Les cartes Papillon de Metz et les Cartes-poste de Paris Elles naissent également pendant la guerre de 1870. Elles sont laissées aux caprices des vents par l'intermédiaire de ballons non montés alors que d'autres sont confiées aux flots de rivières dans des tonneaux étanches. Les cartes postales officielles françaises Le 12 février 1872, une loi qui instaure la circulation de la carte postale administrative pour la France et l'Algérie est votée.  Le 15 janvier 1873, les 2 premiers modèles paraissent :  - Une, de couleur jaune, affranchie à 10 centimes, pouvant circuler à découvert dans la circonscription d'un même bureau.  - Une autre affranchie à 15 centimes pouvant circuler de bureau à bureau  (7 millions d'exemplaires sont vendus en une semaine). La seule illustration que comportaient ces cartes était une frise de 4mm d'épaisseur encadrant la partie réservée à l'adresse du destinataire. Quatre autres types de cartes postales officielles voient le jour en 1873, deux autres en 1874 et deux encore en 1875. image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/carte-postale-de-1873-a-15-cts.jpg?fx=r_300_300   Les cartes publicitaires Jusqu'en 1875,  la carte postale reste un monopole de l' Administration des Postes, mais les commerçants s'en saisissent en y imprimant des publicités au dos. C'est le cas pour la Belle Jardinière à Paris dès 1873. Un décret du 26 Octobre 1875 codifie l'utilisation des cartes postales, mais en libéralise la production pour peu qu'elles respectent le modèle administratif : 12 cm x 8 cm, poids entre 2 et 5 grammes, avec au recto uniquement l'adresse du destinataire et au verso la correspondance et l'illustration. image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/carte-postale-ancienne-le-jeu-du-diable-la-belle-jardiniere-verso-582x365.jpg?fx=r_300_300   La Libonis Elle est lancée en 1889, du nom du dessinateur Léon Charles Libonis 1841/1901 qui l'exécute. La Société de la Tour Eiffel en édite 300 000 exemplaires lors de l'Exposition Universelle. Cinq  modèles différents sont vendus à partir du mois d'août 1889. Ces cartes souvenir de l'ascension de la Tour Eiffel, peuvent être timbrées de la première plate-forme, de la seconde ou du sommet de la Tour. C'est donc la gravure qui illustre la première carte postale.      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/libonis1.jpg?fx=r_300_300       image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/carte-libonis-verso.jpg?fx=r_300_300   La carte illustrée photographique En août 1891, un employé de commerce marseillais Dominique Piazza 1860/1941 trouve la solution de réduire des clichés pour en faire tenir trois sur un format de carte postale qu’il adresse à découvert à un ami en Amérique. Son initiative est reprise dans les années qui suivent par des imprimeurs et des éditeurs de renom comme Neurdein de Paris ou Royer de Nancy. La carte postale prend alors une autre dimension avec une illustration photographique. Un véritable succès populaire L'impulsion de l'Administration L'idée des législateurs en créant la carte postale est de faire circuler une correspondance ouverte à un tarif d'affranchissement attractif. C’est  le cas de 1873 à 1971. Pendant près d'un siècle la carte postale profite d'un tarif inférieur au courrier ordinaire. Cet engouement pour les cartes postales est d'autant plus fort que  l'alphabétisation est en progression. Peu d'iconographie A la fin du XIXème siècle, les images sont encore rares, hormis les images pieuses, seules quelques affiches et gravures dans les livres et les journaux sont à la disposition du grand public. Le cinématographe vient seulement d'être inventé (1895) et n'est encore qu'une curiosité. Les cartes illustrées (photographiques surtout) dont le coût est modeste vont connaître un grand succès. De nombreuses cartes postales vont circuler et enrichir les collections des premiers cartophiles.                 image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img354.jpg?fx=r_300_300      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img354-copie.jpg?fx=r_300_300   Naissance du tourisme Le tourisme se développe et les gens envoient des cartes postales des lieux qu'ils visitent. La carte postale favorise à son tour le tourisme en tant que vecteur de publicité " l'invention de la carte postale a plus fait pour le tourisme que celle des chemins de fer." (Georges Duhamel). Techniques 1895 - La phototypie Inventée dans les années 1860, la phototypie est appliquée massivement à la carte postale vers 1895 et  jusque dans les années 1925, où elle est remplacée par l’impression offset. Ce procédé d'impression à l'encre grasse au moyen de gélatine bichromatée et insolée sur plaque de verre,  permet un rendu continu  non tramé.  Plus souple et moins onéreux que les procédés  utilisés jusqu'alors, il permet une industrialisation de la production, tout en lui laissant son caractère artisanal. L'image est de très bonne qualité.  La carte obtenue n'est pas brillante mais mate.      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img349-copie.jpg?fx=r_300_300      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img349-copie-2-.jpg?fx=r_300_300   1923 - L’héliogravure Procédé d'impression en creux par lequel l'encre est transférée directement du cylindre en cuivre gravé vers le support. Le cylindre est gravé mécaniquement, à l'aide d'un diamant ou au laser. La taille et/ou la profondeur des creux détermine une trame plus ou moins dense et donc une intensité de couleur plus ou moins importante. L'encre doit être très liquide, afin de pouvoir rentrer dans les creux du cylindre. Ce procédé découvert en 1875 mais appliqué à la carte postale seulement après 1918 se généralise à partir de 1923. Il est plus rapide et moins onéreux et remplace peu à peu  la phototypie. L'héliogravure bien utilisée donne de très bons résultats. Hélas, les imprimeurs négligent la qualité et pendant une vingtaine d'années, la carte postale devient laide et triste. On lui donne des teintes à la mode : sépia, bleue, verte ou violette qui vieillissent mal. Le plus souvent il s’agit de retirages et les vues ne se renouvellent pas beaucoup.      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img352.jpg?fx=r_300_300      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img352-copie.jpg?fx=r_300_300   1950 - Le bromure Dans les années 1950 vient l'époque des cartes brillantes à bord dentelé au format agrandi de 10,5 x 15 cm. Le système utilisé alors est un procédé photographique appelé : le bromure. Le bromure qui a déjà été utilisé de manière artisanale au début du siècle pour les cartes photo à très faible tirage l'est maintenant à l'échelle industrielle. Les vues aériennes sont alors très prisées et l'éditeur Combier de Mâcon s'en fait une spécialité. A cette époque, les modèles automobiles et les modes vestimentaires changent vite. Pour que les cartes postales ne se démodent pas trop sur les présentoirs et puissent se vendre plusieurs années, on évite personnages et voitures sur les clichés. Cette tendance à pour conséquence de rendre moins vivantes les vues de villes et villages.      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img351-copie.jpg?fx=r_300_300      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img351.jpg?fx=r_300_300   1960 - L’offset Inventée en 1904, cette technique n’est appliquée massivement à la carte postale que dans les années 1960-1970. Ce procédé est dérivé de la lithographie dont il emprunte le principe. Le support n'est plus une pierre mais une plaque de zinc puis, plus tard, une plaque d'aluminium. Ces plaques photogravées sont obtenues par insolation sous un film appelé typon qui peut-être tramé ou non. L'impression ne se fait pas par contact direct du papier sur la plaque encrée mais par un cylindre intermédiaire. Fortement agrandie la photo en offset laisse apparaître une trame formée de points de couleurs juxtaposés. Les éditeurs Au début du XXème siècle, le succès de la carte postale est tel que l’on dénombre des dizaines de milliers d’éditeurs de cartes postales. A Nancy, en juin 1898, Bergeret (AB &C°)  installe son premier atelier de phototypie. En 1900, 65 ouvriers y travaillent sur 17 presses qui produisent 25 millions de cartes postales, en 1901 30 millions de cartes, en 1905 Bergeret fusionne avec Humblot et Helminger, les Imprimeries Réunies produisent alors 90 millions de cartes annuellement, en 1909 la production annuelle nancéienne atteint 100 millions soit presque le quart de la production nationale. Les Imprimeries Réunies impriment à elle seule 500 000 cartes postales par jour. De 1900 à 1930,  la production des seules imprimeries de Nancy atteint 3 milliards de cartes. A Saint-Brieuc,  Emile Hamonic et fils, cité comme un des 6 premiers éditeurs français en 1904 avec une production globale estimée entre 50 et 100 millions de cartes. Armand Waron et fils s’installent en 1898. La production en 1899 est de 16 000 cartes, en 1900 de 190 000 cartes et en 1901 de  475 000 cartes. A Quimper, Joseph-Marie Villard père et fils, installé depuis 1898, a produit plus de 7000 numéros de cartes connus. Citons encore : A Paris, Lévy et fils (LL), Le Deley (ELD), Neurdein (ND. A Limoges, Tesson (MTIL). A Cognac, Collas (CCCC). A Nantes, Gabriel Artaud et fils, et Artaud-Nozais (Gaby) éditent de nombreuses cartes humoristiques et de vues de toute la France avec prédilection pour la Bretagne. A cette époque le moindre épicier, buraliste ou mercier de village édite également des cartes postales. Les gros imprimeurs les flattent en faisant figurer la mention éditeur  sur les cartes qu'on leur demande d'imprimer.  Ces petits éditeurs locaux réagissent vite lors d'un événement (fête, accident…) et sortent rapidement une carte postale dont le faible tirage et la rareté du sujet en font une carte d'un grand intérêt, et par conséquent de grande valeur marchande par la suite. Le déclin Après la première guerre mondiale, la carte postale entre dans une phase de déclin. Les causes sont très certainement multiples ; en voici quelques unes : - La photographie se développe dans la presse et les cartes postales événementielles perdent leur intérêt informatif. La revue l'Illustration créée en 1843 introduit pour la première fois en 1891 des photographies retouchées gravées sur bois. L'Excelsior est le premier quotidien à utiliser la photographie en 1910. Paris-Soir, pratiquement dès sa création en 1924, se distingue par ses illustrations photographiques. image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/l-illustration.jpg?fx=r_300_300 image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/excelsior-1.jpg?fx=r_300_300 image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/paris-soir.jpg?fx=r_300_300   - Les appareils photographiques plus maniables apparaissent également à la fin de la guerre et sont à un prix abordable. - La T.S.F. (radio). Les premières radiodiffusions publiques ont lieu en 1921. Les nouvelles circulant plus vite, la carte postale perd un peu plus sont rôle informatif. Le renouveau Depuis les années 1970, un renouveau s'amorce avec de nouvelles images. Les cartes multi-vues, les cartes humoristiques, les cartes de fêtes, d'anniversaires, de mariages, les reproductions de tableaux ou d'affiches, toutes ces initiatives revivifient la carte postale. Mais c'est surtout dans le soin qu'apportent les éditeurs que l'on doit ce regain d'intérêt pour la carte postale contemporaine.      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img353-copie.jpg?fx=r_300_300      image: http://www.auxpaysdemesancetres.com/medias/images/img353.jpg?fx=r_300_300   Carto Créée en 1985 par Yvon Kervinio, cette association de photographes, illustrateurs et amateurs de cartes postales a voulu retrouver l'esprit de l'édition des cartes postales du début du siècle. Elle s'attache, entre autres, à publier des photographies de personnages locaux dans leurs comportements quotidiens  (métiers, coutumes, environnement... ). Ces cartes postales à faibles tirages (150 à 300 exemplaires), qu'on appelle modernes actuellement, conservent des traces de la vie des terroirs pour la mémoire des générations futures. 3000 cartes ont été ainsi publiées en dix ans. Analyser et dater une carte postale Le dos de la carte Un arrêté du 18 novembre 1903 autorise l'adresse sur la partie droite et la correspondance à gauche. Donc si le dos de la carte n'est pas divisé nous sommes en présence d'une carte éditée avant décembre 1903, s'il est divisé en deux parties, la carte est postérieure à décembre 1903. L'illustration Avant 1897 : très peu de cartes illustrées. Vers 1900 : l'image n'occupe qu'une infime partie de la carte. 1903-1904 : elle prend possession de toute la place, pour ne garder qu'une toute petite marge sur le pourtour. Ensuite la photo est en pleine page et n'évolue pratiquement pas durant 20 ou 30 ans. A partir des années 1930, la qualité de la carte ainsi que les sujets sont souvent de factures inférieures mais ils restent les témoins d'une époque. En 1950 on abandonne le format 9 X 14 pour passer à celui des cartes modernes 10,5 X 15. Sortie de tirages photographiques noir et blanc, très souvent à bords dentelés. La carte postale ancienne est en noir et blanc. Les cartes anciennes en couleur sont des cartes coloriées par l’éditeur pendant l’élaboration. La carte noir et blanc peut être transformée en monochrome, la photo noir et blanc est développée en sépia, en bleu ou en vert. En 1960, sortie des tirages en couleur en quadrichromie. Le support Le type de support peut renseigner sur la date de fabrication, par exemple les dos verts, le carton crème, le carton à bord dentelé. De 1870 à 1889, les précurseurs sont des cartes non illustrées. Les cartes pionnières ont un dos à trois lignes réservé à l’adresse, la correspondance doit se faire du coté de la photo. De 1904 à 1908, la correspondance est progressivement autorisée au dos de la carte. Avant 1910, les éditeurs utilisent du papier de chiffon bien blanc. Après 1910, et surtout vers 1914, les éditeurs utilisent du papiers au bois, granuleux et le dos est vert. Le timbre et le cachet L’évolution du tarif d’affranchissement permet de remonter à la période de circulation d’une carte, car parfois le cachet manque ou est illisible. Le cachet lui-même est important car il a quasiment valeur de preuve. Il indique le bureau postal, le département, la date et l’heure de levée. L’administration des Postes, par égard pur ses clients, appose aussi un cachet à l’arrivée, sur le même principe mais avec un cercle tireté. Année      Tarif normal (5 mots sans correspondance) 1898        10 cts 1899        10 cts 5 cts 1909        10 cts 5 cts 1917        15 cts 10 cts 5 cts 1920         20 cts 15 cts 5 cts Vignettes Mouchon : allégorie Droits de l’homme, entre 1900 et 1901 Blanc : entre 1900 et 1924 Semeuse lignée : entre 1903 et 1939 Semeuse camée : de 1906 à 1939 Read more at http://www.auxpaysdemesancetres.com/pages/histoire-de-la-carte-postale.html#UaUPVXbSABpAO8lf.99
  • INFORMATION CARTES POSTALES

    1 INFORMATION CARTES POSTALES
    Bonjour Harald,   Voici 2 scans de cartes postales dont une signée ADOLF. Je cherche des renseignements concernant ces deux cartes, y compris une estimation.   Here are 2 scans of postcards of which one signed ADOLF. I look for information concerning these two cards, including for an estimation.   Hier zwei Karten, davon eine unterschrieben ADOLF. Betreffend dieser zwei Karten suche ich Informationen, auch eine Wertschätzung.   Avec mes remerciements. Daniel Kuczer.
  • PRIVATPOST STRAßBURG

    1 PRIVATPOST STRAßBURG
    Entier postal de la poste privée de Strasbourg. Son état n'est pas exceptionnel. Je ne l'ai pas trouvé dans le Michel Privatpostmarken-Spezial. Que peut bien valoir cet entier qui diffère de celui montré par la SPAL (avec surcharge) dans le lien suivant? Merci pour tout renseignement. Postal stationery of the private post office of Strasbourg. His state is not excemptional. I have not found it in Michel Privatpostmarken-Spezial. What can well be worth this stationery which differs from that show by the SPAL (with overprint) in the following link? Thank you for any information. Ganzsache der Privatpost Straßburg. Ihr Zustand ist nicht besonders gut. Ich habe sie im Michel-Privatpostmarken-Spezial nicht gefunden. Was ist der Wert einer solchen Ganzsache die verschieden ist von der im folgendem Link gezeigten der SPAL ist (mit Aufdruck)? Danke für jede Auskunft. http://spal-philatelie.blogspot.fr/2011/02/les-postes-locales-privees-alsaciennes.html