AMÉRIQUE du SUD

  • One cent magenta

    1 One cent magenta
    C'est le 17 juin qu'aura lieu la vente du timbre-poste le plus cher du monde, on parle de 25 millions de dollars! Justifé, idiotie humaine ou objet pour blanchissement d'argent pour quelques riches, ça reste néanmoins un évènement. Dire qu'il y a des gens qui meurent de faim! Je me pose souvent la question si ça a encore quelque-chose à voir avec de la philatélie ou plutôt avec un spectacle de cirque. L'histoire de ce timbre, je ne vais pas vous la raconter, elle figure dans le lien suivant, mais il y a fort à parier que pas mal de choses font partie de la rubrique contes et légendes comme c'est le cas si souvent. http://timbreposte.free.fr/mag-timbre/one_cent_magenta.html  Image Wikipedia
  • Les oblitérations du Brésil

    2 Les oblitérations du Brésil
    Jean-Luc vous a parlé et montré les oblitérations dites Fancy cancels des Etats-Unis d'Amérique. Ce n'est pas le seul pays à avoir ce genre d'oblitérations, le Brésil en a aussi. Un grand merci à ce Monsieur brésilien qui m'a permis de vous montrer tout ça. C'est lui qui m'en a donné l'autorisation, son pseudo "betoassef" sur eBay! Thank you dear Sir! Il existe bien d'autres belles oblitérations qu'on ne trouve pas dans nos catalogues.
  • COLOMBIE

    1 COLOMBIE
    Je vous montre ici quelques oblitérations spéciales de Colombie. La plus connue est celle en forme de "flocon de neige". Cette oblitération, certains parlent de surcharge, est de la ville de Cartagena. Il en existe plusieurs et en différentes couleurs: Etoiles, lignes ondulées, chaines. Ces "oblitérations" proviennent de la période dite de la guerre des mille jours qui a duré en réalité 1130 jours, du 17 octobre 1899 au 21 novembre 1902. Pour plus d'informations il y a le lien Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Mille_Jours Lettre de Medellin pour Washington avec beau cachet de censure.
  • Les Iles Orcades

    1 Les Iles Orcades
    Les Iles Orcades (Antarctique Argentine)  L’Antarctique Argentine est une région de l'Antarctique étant revendiqué comme faisant partie intégrante du territoire national de l'Argentine, comprenant la péninsule Antarctique et une section se prolongeant au pôle Sud délimité entre les méridiens 25°ouest et 74° ouest et de latitude 60° sud. L'Antarctique Argentine est une commune administrative de la province de Terre de Feu, Antarctique et iles de l'Atlantique sud. Les autorités demeurent à USHUAÏA ou le gouverneur nomme chaque année le délégué qui représentera l'autorité civile de la zone. Découvertes en novembre 1821 par James Weddell, puis en décembre par le britannique Georges Powell et l'américain Nathaniel Palmer, les Iles Orcades du Sud, sont un petit groupes d'îles antarctiques appartenant à un archipel de l'Océan Austral. Situées au Sud du 60e parallèle sud, les îles Orcades du Sud tombent sous le traité sur l'Antarctique qui suspend toute souveraineté sur elles. Elles sont néanmoins revendiquées par le Royaume-Uni (comme partie du territoire britannique antarctique) et l'Argentine (comme partie de l'Antarctique argentine). Une station scientifique y demeure depuis 1903.  Lettre souvenir de la campagne scientifique de 1967-1968 détachement naval des Orcades, cachet oblitération Orchadas Del Sur- Antartida Argentina en date du 19 Enero (janvier) 1968 , à destination de Buenos Aires, au dos cachet d'arrivée daté du 10 février 1969. Il semblerait que l'expédition est durée une bonne année.et que ce pli est attendu le navire de relève du détachement pour être acheminé. Jean-Luc, je me permets de rajouter quelques images de timbres. Tout d'abord les timbres de Falkland surchargés Orkneys (Orcades), ensuite des timbres plus récents, dont le dernier m'a été envoyé par Michael qui a un site fabuleux. Consultez-le! http://www.paleophilatelie.eu/description/stamps/argentina_2014.html
  • Les surcharges triangulaire du Pérou

    1 Les surcharges triangulaire du Pérou
    La "guerre du salpêtre" (1879-1883) oposa le Chili à la Bolivie et au Pérou. Après le retrait de troupes chiliennes en 1883, le Pérou à cours de timbres, utilisa des timbres non-émis et les surchargea d'un triangle noir.                                                Le catalogue français ne mentionne rien de spécial à ce sujet. Le catalogue allemand signale quatre types, ce qui est faux. Il en existe onze que je m'empresse de vous faire voir en fichier PDF. guide-to-triangles.pdf (3.05 Mo) Monsieur Melot vient de m'envoyer un commentaire ou plutôt un bon conseil au sujet de ces surcharges et il a raison. Par moment je m'avance un peu trop vite dans mes propos mais ce n'est pas volontaire, c'est mon caractère impulsif. Désolé, je m'améliorerais peut-être avec l'âge même si mon épouse n'est pas tout à fait convaincue! Monsieur Melot m'a permis de publier son message. Bonjour Monsieur Zierock, J’apprécie vraiment tous vos envois d’emails que vous m’adressez gentiment ainsi que les liens qui y sont ajoutés. Cela permet effectivement de disposer d’une mine d’informations concernant les sujet plus divers. Pour ce qui concerne les surcharges triangulaires du Pérou, je reste quand même sceptique. Ma longue expérience de journaliste philatélique (1970-2014) m’a conforté dans le fait que les études sérieuses non seulement montraient mais expliquaient aussi les raisons de telle ou telle action. Dans ce cas précis, on voit a priori qu’il existe 11 types mais on ne sait pas pourquoi ? Fabrication de plusieurs planches de surcharges ? Usure des clichés ? Remplacement de certains par d’autres ? En philatélie, comme dans d’autres domaines, les types (de timbres ou de surcharges ou de papiers, etc.) peuvent toujours s’expliquer d’une façon ou d’une autre. Pour les triangles du Pérou, pourquoi 11 types ? L’observation et l’examen des timbres ne suffit parfois pas. Mais je reconnais qu’avoir accès au matériel d’impression initial n’est pas toujours possible. Les erreurs d’interprétation sont donc toujours possibles. Et il existe des timbres pour lesquels il devrait exister plusieurs types. Par exemple le 75 c bleu Pasteur de France qui a été imprimé en typographie à plat (feuille de 150 avec millésime) et rotative (feuille de 150 pour roulette avec coin daté à gauche). Normalement, deux modes d’impression impliquent normalement deux types ! Or regardez vos catalogues : un seul type est connu pour ce timbre. Pourquoi ? Cela fait partie des mystères de la philatélie Mais indépendamment de tout cela je trouve que votre site est très bien. Bon courage pour la suite. Michel Melot Suite: Bonjour Monsieur Zierock,             Cette histoire de surcharges triangulaires m’a turlupiné et je crois que moi aussi je me suis laissé emporter.             En fait, lorsque l’on me parle de «types» moi je vois immédiatement un matériel d’impression différent. Un poinçon modifié qui a entraîné la fabrication d’une planche ou d’un galvano contenant des clichés différents. Idem pour les surcharges.             Du temps de Timbroscopie, j’ai travaillé avec deux académiciens éminents spécialistes des timbres français notamment pour ce qui concerne leur fabrication. L’un est mort, c’était un grand connaisseur des semi-modernes de France. L’autre est toujours vivant mais on ne se parle plus …             A cette époque, on avait envisagé de faire une étude sur les «vrais» types des timbres de France. En effet, certains critères de reconnaissance pour certains timbres n’étaient pas d’une grande fiabilité (je vous cite de mémoire le 40 c lilas Paix, le type IIB du 5 c Blanc ou encore – et il a été retiré depuis du catalogue Yvert, le type II du 10 c vert Pasteur). A côté de cela, on a vu des choses étranges comme une bande verticale de 11 du 25 c Semeuse bleu (roulette au type IIIC) avec le «R» de REPUBLIQUE sans aucune encoche ou angle aigu comme spécifié !!!             Pour cette étude, il fallait aller au Musée de la Poste et recontrôler directement le matériel d’impression de chaque timbre à types, c’est-à-dire : poinçon, clichés, planches et galvanos de façon à ne pas se laisser influencer par le plus ou moins bon encrage des timbres qui peut parfois induire en erreur n’importe quel collectionneur.             Mais pour en revenir au triangles du Pérou, je pense que l’auteur confond «types» avec «clichés» ou «cases». Compte tenu de l’époque où ces surcharges ont été réalisées et des quantités produites (je ne pense pas qu’il y en ait eu des millions), le travail a du être réalisé avec un bloc ou peut-être plus de 10 ou 15 surcharges (je  n’ai aucune idée de la présentation des feuilles : 50, 100 timbres ?). Je pense que la duplication des petits triangles a du être réalisée de façon rudimentaire et donc occasionnant des différences notables entre chaque clichés. Le tout ensuite étant assemblé dans une forme posée sur une presse ensuite encrée sur laquelle on posait les panneaux de timbres pour les surcharger.             L’idéal aurait donc été de pouvoir plancher ces panneaux de surcharges de façon à déterminer l’emplacement de chacun des «types» qu’il a trouvés. Pour cela, il faut des bandes, des paires, des blocs de quatre pour réussir cette reconstitution (à l’image des blocs report des Bordeaux).             Voilà, j’arrête mon blabla.             Bien amicalement,               Michel Melot
  • PEROU/Les timbres de la Compagnie de l'Océan Pacifique

    1 PEROU/Les timbres de la Compagnie de l'Océan Pacifique
    Les deux premiers timbres émis par le Pérou furent ceux de la Compagnie de l'Océan Pacifique. D'autres timbres à 1 et 2 réales furent préparés et imprimés sur du papier blanc normal ou vergé mais ne furent pas mis en circulation.  Yvert et Tellier les catalogue, d'autres éditeurs ne le font pas. Des images il n'y en a comme toujours pas du tout. Je vous montre quelques exemples. Les oblitérations sont bien sûr fausses, car les timbres n'ont pas été mis en circulation, mais ça vous donne un aperçu de ce qui existe. Reste à signaler qu'il y avait deux bureaux français au Pérou, Callao et Iquique. Après le magnifique article de Monsieur Melot dans Timbres-Magazine, je tenais à vous ajouter un petit fichier PDF pour vous faire découvrir ce qui existe. psnc-census.compressed.pdf (8.71 Mo)
  • The 'pro-desocupados' stamps of Peru / Timbres pour les chômeurs du Pérou

    1 The 'pro-desocupados' stamps of Peru / Timbres pour les chômeurs du Pérou
    Un bien bel article que m'envoie Wim de Gelder de Lima pour notre site. Thank you very much Wim! Un grand merci aussi à notre ancien secrétaire Bernard M. Qui m'a traduit ce texte par manque de temps de ma part et parce que de toute façon il le fait mieux. Merci Bernard! Texte en anglais: The 'pro-desocupados' stamps of Peru.   During a lot of years, Peru issued stamps 'pro-desocupados' ('for the unemployed'). These stamps were used to cover a postal tax, created in order to gather funds in favor of people that were jobless due to the severe economic crisis of 1930 and following years. The stamps were of mandatory use for all postal sendings within the national territory of Peru. The charge of this tax was two centavos for any envelope, card or other item and was created in april 1931. It seems that in Peru nothing is more eternal than things that are supposed to be 'temporarily', so the tax remained in place until it was finally abolished in 1965. Obviously, over the years, due to gradual inflation, the real value of the funds collected diminished little by little and by the middle of the 1960's, it had dropped to ridiculous levels. In total during the period from 1931 till 1965, 18 different stamps were issued, both original issues and surcharges: three surcharged values of the conmemorative series of the centenary of the death of Simon Bolivar (Yv. 273-275) the series of the stonecutter in two colors (Yv. 258-258A) the series of the blacksmith in two colors (Yv. 292, 295) the series of the “Monument 2 May” in three colors (Yv. 293, 296-296A) the series of two stamps surcharged in one line (Yv. 297, 312) the stamp surcharged in two lines (Yv. 311) the stamp with the sculpture 'Protection', printed by four different printing companies (Yv. 355, 388, 416, 455) and finally a reprint of the stamp 'Colonia Infantil de Ancón' which was used without surcharge for the 'pro-descupados' tax only (issued in 1949, belonging to the same series as Yv. 401-408; in the Yvert catalog only listed with the surcharge 'Habilitada // S/. 0.01', but not listed without surcharge). All these stamps are infested with errors, variants, differences in shades, etc., etc. Just as an example in the image a double surcharge of one of the 'pro-descupados' stamps. It would be interesting to create a specialized collection of these 18 stamps, in order to study all of them in depth. Up to this date, nobody has ever done so. The nice thing is, that it would be an area easily accesible for somebody with limited resources: all stamps are cheap and easy to find, unused, used and on cover. Also the errors and variants are sold at very reasonable prices. Traduction française: Pendant plusieurs années, le Pérou a émis des timbres 'Pro Desocupados' ('pour les chômeurs'). Ces timbres étaient utilisés pour recouvrer une taxe postale créée pour collecter des fonds au bénéfice des personnes réduites au chômage du fait de la grave crise économique des années 1930. L'usage de ces timbres était obligatoire pour tous les envois postaux intérieurs au territoire national du Pérou. Le montant de cette taxe, créée en avril 1931, était de 2 centavos pour toute enveloppe, carte ou tout autre support. Il semble qu'au Pérou rien ne soit plus éternel que les choses censées être 'provisoires', si bien que la taxe resta en vigueur jusqu'à son abolition en 1965. Evidemment, au fil des années, du fait de l'inflation, la valeur réelle des fonds collectés diminuait peu à peu, jusqu'à tomber à des niveaux ridicules au milieu des années 1960. Au total, durant la période 1931-1965 parurent 18 timbres différents, soit par émission originale, soit par surcharge: • 3 valeurs surchargées de la série commémorant le centenaire de la mort de Simon Bolivar (Yv. 273-275) • la série 'Tailleur de pierre' en 2 couleurs (Yv. 258-258A) • la série 'Forgeron' en 2 couleurs (Yv. 292, 295) • la série 'Monument du 2 Mai' en 3 couleurs (Yv. 293, 296-296A) • la série de 2 timbres surchargés sur une ligne (Yv. 297, 312) • le timbre surchargé sur 2 lignes (Yv. 311) • le timbre à la sculpture 'Protection', imprimé par 4 imprimeurs différents (Yv. 355, 388, 416, 455) • et une réimpression du timbre 'Colonia Infantil de Ancon', déjà utilisé sans surcharge uniquement pour la taxe 'Pro Desocupados' (émis en 1949 et faisant alors partie de la même série que Yv. 401-408; catalogué dans Yvert seulement avec la surcharge 'Habilitada//S/. 0.01', mais pas sans la surcharge). Tous ces timbres sont riches d'erreurs, de variétés, de différences de nuances, etc, etc. A titre d'exemple, l'image montre une double surcharge d'un des timbres 'Pro Desocupados'. Il serait intéressant de monter une collection spécialisée de ces 18 timbres pour les étudier tous en profondeur. A ce jour personne ne l'a fait. Pourtant ce serait un domaine très accessible à une personne aux finances limitées: tous ces timbres sont bon marché, faciles à trouver neufs ou oblitérés comme sur enveloppe. Et les erreurs et variétés se vendent à des prix très raisonnables.      
  • POPPER STAMP

    1 POPPER STAMP
    J'avais mis en ligne une carte postale du Chili vers Tientsin en Chine montrant des autochtones de la Terre de Feu. Il y a eu un timbre de cette région du globe qui n'est vraisemblablement pas connu par tout le monde. En général on le qualifie de "Popper stamp". Ce timbre n'est pas reconnu par l'UPU mais il est cependant connu par les collectionneurs. Moi je ne le possède pas mais je vous mets un lien en ligne. Bien que non reconnu, il existe des faux, donc attention si jamais quelqu'un vous le propose! http://patjoa-timbres.wifeo.com/julius-popper.php Salut Harald, ce petit timbre n'est effectivement pas connu de tous, tout comme toi je ne le possède pas mais voici quelques informations que j'ai pu trouver : - ce timbre émis par Julius Popper fut utilisé sur les courriers au départ des mines d'or de la Terre de Feu ( surement celle appartenant à Julius popper ) à destination de Puntas Arenas au Chili. - Il existe une réimpression de celui ci présentant une meilleur dentelure c'est la reproduction figurant au dessus. Voici un timbre authentique : - Il existe égalemant un essai de couleur en noir avec une oblitération circulaire en rouge. (Très très rare). - L'utilisation de ce timbre fut brêve et les courriers extrêmement rares. On a rencontré sur lettre des oblitérations circulaires avec date centrale de "SAN SEBASTIAN", "PARAMO", CARMEN SYLVA" et "COLONIA POPPER". - Etant donné que ces timbres ne furent pas reconnu par l'Argentine, la lettre devait obligatoirement être revêtu de timbre argentin pour être acheminé au Chili. Source " Catalogue KLASEBOER". Jean-Luc
  • ENTIER DE COLOMBIE

    1 ENTIER DE COLOMBIE
    Entier postal de Colombie du 10 juillet 1893 de Panama pour Colon affranchi de deux Centavos pour courrier intérieur où cette carte arrive un jour après, le 11 juillet 1893. La distance n'est que d'environ 50 kilomètres. Source image: Wikipédia Courrier intérieur me demanderez vous? La Colombie et le Panama ne sont pas un seul et même pays! Eh bien si. Figurez vous que le Panama faisait partie de la Colombie et ce n'est qu'après trois ans de guerre qu'un groupe d'indépendantistes soutenu par les Etats-Unis déclara l'indépendance de la Colombie le 3 novembre 1903. Comme la carte date de 1893, vous constaterez que cette région faisait bien partie de la Colombie.
  • BASE ANTARCTIQUE BROWN

    1 BASE ANTARCTIQUE BROWN
    Lettre du 13 février 1976 au départ de la Base Antarctique Brown, enclave argentine au Chile pour le receveur des TAAF à Paris. Voici ce que dit Wikipédia à propos de cette base: La base Amiral Brown (en espagnol : Estación Científica Almirante Brown, ou plus souvent Estación Brown) est une base antarctique argentine et une station de recherche scientifique, nommée en l'honneur de l'amiral William Brown, le « père » de la Marine argentine. Elle est située sur la péninsule de Sanavirón qui longe Paradise bay, sur la côte de Danco, une portion de la Terre de Graham dans la péninsule Antarctique, en Territoire chilien de l'Antarctique. C'est l'une des 13 bases de recherche en Antarctique gérées par l'Argentine. De 1951 à 1984, c'était une base permanente; depuis elle n'est plus utilisée que pendant l'été austral. Par moment je me demande pourquoi ce genre de courrier est tellement prisé comme par exemple les TAAF? La majorité du courrier est philatélique et pourtant ô combien coté à la joie de tous les philatélistes chasseurs de cotes!
  • TIMBRE DE COLOMBIE OBLITERE LE HAVRE

    1 TIMBRE DE COLOMBIE OBLITERE LE HAVRE
    Voici un timbre de Colombie surchargé Le Havre. Comment est-ce possible? Oblitération d'une lettre remise à un bateau et oblitérée à l'arrivée? Même si le timbre est abimé, il reste néanmoins intéressant. Here is a stamp of Colombia cancelled LE Havre. How it is possible? Franking of a letter handed to a boat and franked on arrival? Even if the stamps is damaged, he remains nevertheless interesting. Hier ein Briefmarke aus Kolumbien die in Le Havre abgestempelt wurde. Wie ist so etwas möglich? Abgegeben an ein Schiff und bei der Ankunft abgestempelt? Selbst wenn die Marke beschädigt ist, bleibt sie trotzdem interessant. Le timbre-poste de Colombie à 20 Centavos a été émis en 1902, peut-être spécifiquement pour le tarif UPU du 01/03/1902 de la lettre pour l'Europe avec surcharge maritime (BMPTT ann. juin 1902 p. 591), 20 Centavos valant 40 centimes. La fin de ce tarif intervient le 31/12/1903. The postage stamp of Colombia in 20 Centavos was emitted in 1902, maybe specifically for the price rate UPU of 01/03/1902 of the letter with maritime overprint (BMPTT ann. june, 1902 p. 591). 20 Centavos being worth 40 centimes. The end of this rate intervenes on 31/12/1903. Die Briefmarke zu 20 Centavos aus Kolumbien wurde 1902 augegeben, vielleicht für den Tarif des Weltposvereins zum 01/03/1902 für Europa mit Seewegstempel (BMPTT ann. Juni 1902 s. 591), 20 Centavos galten 40 centimes. Ende dieses Tarifs war am 31/12/1903. Le timbre à date à cercle intérieur avec tirets du Havre date de 1901 (heures sur 24, mois en chiffres), jusqu'en 1904 (suppression des tirets intérieurs). The stamp in date in inner circle with the inner dashes Le Havre dates 1901 (every 24 hours, month in figures), until 1904, abolition of the internal dashes. Die Marke mit innerem Kreis mit Trennungszeichen von Le Havre datiert von 1901 (angabe 24 Stunden, Monat in Zahlen), 1904, Abschafung der Innertrennungszeichen. Tout cela est parfaitement correct. Cette lettre a t-elle reçu la griffe PAQUEBOT? Difficile à dire. All this is perfectly correct. Has this letter received the claw PAQUEBOT? Difficult to say. Das alles ist vollkommen richtig. Hat dieser Brief den Linear-Stempel PAQUEBOT erhalten? Schwer zu sagen.